Écrit par Florie

Cet article fait partie de notre boîte à outil
« Réduire les déchets dans le tourisme et l’événementiel »

La meilleure solution pour traiter des déchets organiques, reste de ne pas en produire (voir notre article sur le gaspillage alimentaire), mais ce n’est pas toujours possible. Que faire des déchets organiques restants ? Nous allons explorer ci-dessous différentes possibilités de réutilisation et de recyclage.

Pourquoi ?

Selon la fondation Mac Arthur, la séparation des éléments naturels qui peuvent intégrer la biosphère en toute sécurité est l’un des facteurs clés des modèles d’économie circulaire (voir leur infographie).

Vous en tirerez de multiples avantages :

  • Eviter l’humidité dans vos poubelles :
    • Permet d’éviter que les composants techniques (non organiques) perdent leur potentiel de recyclage ou de réutilisation.
    • Permet des collectes de déchets moins régulières car la taille et les mauvaises odeurs seront réduites.
  • Empêcher qu’ils se retrouvent dans (selon l’endroit où vous habitez) :
    • des décharges sanitaires causant des émissions nocives de gaz à effet de serre,
    • des incinérateurs à faible valeur calorifique,
    • des sites de décharge à ciel ouvert contaminant l’air, l’eau et créant un lieu de reproduction pour les bactéries et les insectes nuisibles.
  • Offrir des possibilités de :
    • produire de l’énergie locale,
    • fertiliser les champs,
    • capturer le carbone,
    • fournir du paillage gratuit.
  • Les déchets organiques représentent 30 % (dans les pays de l’OCDE) à 70 % (dans les pays en développement) de la quantité totale de déchets des poubelles domestiques.
  • Jusqu’à 40 % des aliments produits dans le monde sont jetés. Si les déchets alimentaires étaient un pays, il serait le troisième plus grand producteur de gaz à effet de serre. En France 36% des gaz à effet de serre sont produits par l’industrie alimentaire.

Nous avons écrit un article détaillant spécifiquement la question des déchets alimentaires et les solutions possibles : cliquez ici pour le lire !

En savoir plus :

De quoi s’agit-il ?

Identifier : Quel type de déchets organiques jetez-vous ? Que faites-vous actuellement avec ces déchets ?

  • Les déchets alimentaires : qu’est-ce qui se retrouve le plus souvent dans la poubelle de votre restaurant ?
  • Déchets de jardin : avez-vous des espaces extérieurs ? Que se passe-t-il avec vos déchets verts ?
  • Trier les poubelles : en savoir plus.

Mesurer / estimer : Séparez les déchets alimentaires des autres déchets et commencez à les peser : combien de kilogrammes jetez-vous ? Faire un ratio par nombre de clients pour obtenir une moyenne globale.

Suivi des indicateurs clés : en savoir plus.

Déchets organiques:
quelles solutions?

Gardez toujours à l’esprit la hiérarchie des déchets pour concentrer vos efforts afin d’augmenter votre impact. Voici ci-dessous un bon graphique pour les déchets alimentaires de l’Environmental Protection Agency (EPA) des États-Unis :

#1 Nourrir les animaux

Nourrir les animaux avec des restes de nourriture était une pratique très courante. Les poules, les porcs, les chèvres peuvent absorber des quantités énormes.

C’est possible si vous avez vos propres animaux ou que vous faites ramasser vos déchets organiques par des fermiers locaux. Après la fièvre aphteuse de 2001, certains pays européens ont interdit l’utilisation de déchets de restaurant non transformés pour l’alimentation animale.

C’est une bonne pratique sur laquelle il est intéressant de communiquer
Elle fait revivre les usages traditionnels
Cela réduit les émissions de carbone

Vous devrez peut-être trier les produits d’origine animale
Vous devrez tenir compte de la législation locale

Example

  • L’idée des porcs dans la campagne britannique a eu pour but de restaurer la confiance du public dans la pratique sûre, efficace, rentable et respectueuse de l’environnement. Le projet était d’alimenter les porcs avec les surplus alimentaires en collectant les déchets organiques de plusieurs restaurateurs et traiteurs à Londres

Sous-traitants

Aux États-Unis, Quest Resource Management Group offre des solutions aux entreprises dont les activités visent à atteindre l’objectif de zéro déchet. Grâce à un partenariat avec Walmart, ils ont pu détourner 60 % de leurs déchets organiques et les réorienter vers l’alimentation animale.

Voir notre base de données collaborative : cliquez ici
Suggérer de nouveaux produits : cliquez ici

#2 Compost

Ramassez les déchets organiques et faites-en un compost. Il peut s’agir de votre compost (dans le jardin ou vermicompostage), d’un compost collectif avec vos voisins ou d’un compost recueilli et réutilisé par un organisme extérieur.

C’est possible si vous avez de l’espace libre ou s’il y a un organisme de collecte des déchets organiques dans votre ville. N’installez pas le composteur à moins de dix mètres des bâtiments d’habitation, vos voisins et clients pourraient se plaindre des odeurs ou des mouches.

Economisez de l’argent : engrais naturel gratuit ! Vous pourriez même en distribuer à vos clients les plus fidèles.
Fini les ordures malodorantes : ce qui fait que vos poubelles sentent mauvais, ce sont surtout les déchets organiques qui pourrissent à l’intérieur. Une fois qu’on a trié les déchets organiques et qu’on en a fait du compost, on se débarrasse du principal facteur de mauvaise odeur !

Nécessite de l’anticipation et du savoir-faire : il faut prendre le temps de mettre en place le compost et apprendre à bien l’équilibrer (ce qu’il faut mettre dedans ou ne pas mettre). Mais une fois cette nouvelle habitude mise en œuvre, il est très simple de mettre vos déchets organiques dans le compost plutôt que dans la poubelle.

Conseils

  • Lisez notre article détaillé sur le compostage

Exemples

  • Alter’hostel (Lyon, France) a réuni 60 voisins et lancé un compost collectif. Manon, leur bénévole du service civique, a accompagné le groupe dans les premières étapes. Elle a effectué des formations pour expliquer ce qui peut être composté ou non et comment garder un compost équilibré. Maintenant le groupe est autonome et le compost est devenu un excellent moyen d’établir des liens entre voisins.
  • Lisez notre article sur la façon de choisir et de mettre en œuvre des conteneurs de déchets.

Sous-traitants

  • La Tournée des Chefs (Lyon, France) collecte les déchets organiques des restaurants pour en faire du compost. Ensuite, l’engrais naturel est redistribué aux restaurants qui l’utilisent pour leur jardin et leurs plantes.

Voir notre base de données collaborative : cliquez ici
Suggérer de nouveaux produits : cliquez ici

Témoignage du Lycée des Savarières (en français)

#3 Digestion anaérobie

La digestion anaérobie est un ensemble de procédés par lesquels des micro-organismes décomposent des matières biodégradables en l’absence d’oxygène, elle est utilisée à des fins industrielles ou domestiques pour gérer les déchets et produire de l’énergie.

C’est possible si des infrastructures sont disponibles et des réseaux de collecteurs de déchets peuvent acheminer les déchets vers les installations.

Contrairement au compostage, la digestion anaérobie peut traiter n’importe quelle quantité de déchets organiques (oranges, viande, sauces)
Vous pouvez produire et consommer de l’énergie localement
Le processus d’assainissement évite la contamination

Pas toujours possible s’il n’y a pas d’installations à proximité

Exemples

  • Secoya aide les équipes de cinéma à gérer leurs déchets lors des tournages. Ils ont eu recours à Love your waste pour obtenir de la formation, de l’équipement et une collecte des déchets organiques mélangés sur les différents lieux de tournage.

Fournisseurs

  • Biogen est l’un des leaders de la gestion des déchets organiques au Royaume-Uni, traitant un demi-million de tonnes de déchets organiques par an via ses sites de compostage et ses usines de digestion anaérobie. Grâce à leurs procédés, ils sont en mesure de fournir 25 MW d’électricité verte, ce qui est suffisant pour alimenter en électricité une ville de 170 000 habitants pendant un an.

Voir notre base de données collaborative : cliquez ici 
Faire des suggestions : cliquez ici

#4 Élimination de l’huile de cuisson usagée

L’huile de cuisson usagée peut être recyclée pour produire un combustible propre et local. Il est souvent interdit et toujours dangereux pour la nature et les infrastructures de la ville de les déverser dans l’évier ou le caniveau.

C’est possible si vous avez un sous-traitant de services local

Préserver l’environnement
Préserver les infrastructures
Fournir de l’énergie locale bon marché…

Nécessite un dispositif de collecte et de stockage spécifique…

Exemples

  • L’incubateur social InterMade chauffe ses locaux à partir d’huile de cuisson recyclée collectée par Oleo Declic

Sous-traitants

  • Rotie offre un service de collecte des huiles de cuisson usagées des ménages à Amsterdam, aux Pays-Bas. Malheureusement, la plupart des huiles de cuisson sont rejetées dans les égouts, ce qui est très coûteux en termes d’entretien pour la ville, les blocages qui en résultent sont véritablement dommageable pour l’environnement. Avec plus de 1000 points de collecte, Rotie récupère ces déchets et les recycle en biodiesel.

Vous vous sentez inspirés ?

Consultez notre base de données internationale collaborative pour trouver des solutions locales à vos problèmes de gestion des déchets : cliquez ici 
Faire des suggestions : cliquez ici

Partagez cet article !

Cet article fait partie de notre boîte à outil
« Réduire les déchets dans le tourisme et l’événementiel »

Auteur principal de cet article :

 

Un grand merci à tou·te·s les auteur·trice·s, coauteur·trice·s, expert·e·s, relecteur·trice·s et traducteur·trice·s qui ont contribué à l’amélioration du contenu de nos articles. Comme l’ensemble de cette boîte à outils, cet article a été créé grâce à la collaboration de :

La communauté Future of Waste